Les risques mécaniques liés à l'utilisation d'huile végétale

Quelques vérifications à faire.

Modérateur: Les modérateurs

Les risques mécaniques liés à l'utilisation d'huile végétale

Messagepar RiccOlio » Mar Juil 18, 2006 12:46 pm

Il existe 3 risques majeurs liés à l'utilisation d'huile végétale : d'une part la casse de pompe à injection due à de trop fortes contraintes (carburant trop visqueux), d'autre part, le phénomène de "glaçage" des cylindres qui va de pair avec le collage des segments et enfin le phénomène de dilution de l'huile lubrifiante par le carburant, qui se produit avec tout carburant, aussi longtemps que le moteur n'atteint pas une température de fonctionnement minimale (étanchéité de la segmentation).

Ce dernier phénomène ne pose pas trop de problèmes au gazole (hormis utilisation en petits trajets uniquement car le moteur ne monte alors jamais en température) car le gazole est relativement volatile (point éclair de 70°C environ) et s'évapore une fois le moteur chaud, il retourne à l'admission d'air sous forme de vapeurs par le tuyau de reniflard d'huile. En revanche, l'HV est beaucoup moins volatile que le gazole (point éclair de 220°C environ) et ne s'évapore pas du carter d'huile... elle se mélange avec l'huile lubrifiante et en dégrade les qualités. De plus, soumise à la température du moteur, l'HV finit par polymériser en une sorte de résine (la saloperie qui colle dans les friteuses) qui va allègrement colmater l'ensemble du circuit de lubrification. C'est sans compter le risque d'emballement du moteur pour cause de niveau d'huile trop élevé. Il existe bien des huiles lubrifiantes sur base végétale, mais celles-ci sont traitées et largement additivées pour résister à la température.

C'est probablement ce qui s'est passé avec le VW Caddy du gérant de Methéco, ce qui est d'autant plus probable si la motorisation est un TDi "ancienne génération" (sans injecteurs pompes) car manifestement, la température dans les chambres de combustion a tendance à chuter lorsque le moteur n'est pas soumis à une charge minimale, entraînant une mauvaise combustion de l'HV et facilitant potentiellement la dilution de l'huile lubrifiante. Toutes les technologies d'injection directe basse pression (ancienne génération), comme les Renault dTi et VW TDI, sont potentiellement concernées. On a également pas mal d'observations similaires dans le monde agricole sur des tracteurs, sur lesquels cette technologie d'injection est très répandue... encrassement du haut-moteur et remontée du niveau d'huile moteur si on travaille à faible charge.

On manque de retours d'expérience sur les motorisations les plus récentes, à injection directe à haute pression (common rail, HDi, DCi, TDCI, JTD, CDI, etc...), mais il semble raisonnable de se montrer également prudent, quelque soit la motorisation.

Voilà pour les détails... un cas similaire sur VW Golf (circuit de lubrification moteur complètement encrassé par une substance caoutchouteuse) est détaillé ici :
http://www.oliomobile.org/forum/viewtopic.php?t=4701

et ici, un cas de montée du niveau d'huile moteur sur un Renault DCi utilisé sans modifications à 40% HV sur 10.000 Km :
http://www.oliomobile.org/forum/viewtop ... hlight=dci

Températures de combustion avec différentes technologies de moteurs Diesel :
http://www.oliomobile.org/forum/viewtopic.php?t=5883

Diminution de l'odeur et des fumées en réchauffant l'HV :
http://www.oliomobile.org/forum/viewtopic.php?t=4811

Pour ce qui est des problèmes affectant les pompes à injection, les plus fréquents sont les fuites dues à des joints fatigués... le problème se résoud par le remplacement des joints incriminés. Un autre problème, plus rare, est celui de la casse de la pompe à injection. Le problème concerne les pompes à injection de marque Lucas/CAV/Rotodiesel et se manifeste par la cassure en 2 de l'arbre d'entraînement, en raison du grippage de la tête hydraulique.

En ce qui concerne le glaçage des cylindres et du collage des segments, le phénomène consiste en un dépôt d'huile végétale imbrûlée sur les parois du cylindre, de la chambre de combustion ainsi que dans les gorges des segments. Ce dépôt, en refroidissant, se transforme en une sorte de résine très dure, qui colle les segments dans leurs gorges et empêche par la suite leur dilatation correcte (d'où une perte de compression, une combustion encore plus mauvaise et l'amplification du phénomène).

Pour éviter ces phénomènes (casse de pompe à injection et dilution de l'huile lubrifiante, glaçage des cylindres), il faut, idéalement, veiller à utiliser de l'HV convenablement réchauffée et à ne l'injecter que dans un moteur chaud à la segmentation étanche. C'est pourquoi je ne recommande que l'utilisation d'un système de bicarburation pour les forts pourcentages d'HV.

Dans le cas d'une utilisation en mono-réservoir, le problème est que le démarrage se fait moteur froid, entraînant une mauvaise combustion, un ralenti instable et des fumées blanches/grises à l'échappement (donc beaucoup d'imbrûlés, susceptibles de passer dans le bas-moteur et de se déposer sur les cylindres, segments etc.), sans compter le démarrage avec de l'huile froide (donc visqueuse) dans la PI. Il faudrait, idéalement, utiliser un système qui réchauffe l'HV et la pompe à injection avant de démarrer et veiller à particulièrement surveiller le niveau d'huile moteur et éventuellement procéder à des vidanges plus fréquentes (si le moteur consomme habituellement un peu d'huile moteur et que le niveau ne bouge plus, voire augmente, c'est qu'il y a dilution).

En ce qui concerne les moteurs de technologie récente (injection directe à haute pression... injecteurs-pompes et rampes communes) l'adaptation semble également possible sans réelles difficultés... Elsbett (http://www.elsbett.com/) dispose d'une trentaine d'années d'expérience de végétalisation de moteurs Diesel sur VL, poids lourds, locomotives, etc... et propose désormais des kits pour les nouvelles générations de moteurs, notamment les HDi, dCi, injecteurs-pompes et dérivés. Pour les injections indirectes, ils proposent des kits mono-réservoir (avec réchauffeurs, nouveaux injecteurs, etc) et pour les moteurs plus récents, des kits de bi-carburation... aux alentours de 1200 Euros le kit, tout de même.
Je quitte le forum en raison de mon profond désaccord avec sa politique commerciale. Je ne cautionne PAS l'intervention des annonceurs sur le forum et leur démarchage agressif. Bonne continuation. Pour me contacter, riccolio@oliomobile.org
Avatar de l’utilisateur
RiccOlio
Passionné
Passionné
 
Messages: 3429
Inscrit le: Mar Juin 14, 2005 3:23 pm
Localisation: Finistère

Retourner vers Précautions à prendre pour rouler à l'huile

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité